Bientôt Noël!
Et pour l’occasion, nous avons ajouté à notre catalogue de nouvelles théières en verre borosilicate soufflées à la bouche d’une capacité de 1000 ml au prix exceptionnel de 25€ pièce.

ÉGLANTIER, crevé(e) d’être fatigué(e).

L’églantier est le plus commun des rosiers sauvages présents dans les campagnes de l’ancien monde. On le rencontre souvent en bordure des bois, formant de longues barrières végétales si hautes et épaisses qu’elles en deviennent impénétrables.
Exceptionnellement décoratifs, il est très recherchés par les jardiniers pour égayer haies de jardin ou pour couvrir et cacher ces affreux grillages économiques utilisés pour délimiter les propriétés individuelles. 
Au delà de l’évidente amélioration esthétique, il offre un bon paravent naturel contre le regard de voisins trop curieux.

À la fois élégant et extrêmement prolifère, l’églantier commun fut souvent utilisé par pépiniéristes et rosiéristes  pour porter les greffes de nombreuses variétés de rosiers cultivés. On l’emploie désormais rarement et uniquement pour la création de nouvelles variétés de rosiers pleureurs ou à tige.

Les cynorhodons, le fameux gratte-cul de nos jeux d’enfance vulgairement surnommé ainsi en raison des effets irritants et fort désagréables de ses graines couvertes de poils raides, étaient une friandise très appréciée et convoitée durant le moyen-age. Et on ne peut vraiment pas leur donner tort, car s’il est vrai que…

 

La fatigue du corps est la santé de l’âme. (Proverbe populaire français de 1882.)

 

(Humm… Avec un titre et un proverbe pareils, allez-y ! Personne ne vous en voudra si vous ressentez l’irréfrénable envie de bailler.)  😉

…il est tout aussi vrai qu’il n’y a pas grand chose de mieux en botanique que quelques fruits murs d’églantiers pour faire passer la fatigue !

En effet, la particularité qui fait de l’églantier une plante aussi précieuse que d’autres, beaucoup moins répandues, est l’importante teneur en vitamines C de ses fruits, qui est généralement de l’ordre de 5 à 50 mg de vitamine C par gr de fruit selon l’espèce, donc plus concentrée qu’elle ne l’est pour les agrumes !

Feuilles et fleurs sont employées pour leurs propriétés laxatives. Mais l’aspect le plus caractéristique de l’églantier réside dans l’utilisation de ses bédégars. Certains de vous se demanderons de quoi il s’agit.

Le bédégar ou barbe de Saint-Pierre est une excroissance d’aspect chevelue  (dernière photo de l’article) qui se développe autour des rameaux de l’églantier suite à la piqûre d’un minuscule insecte de la famille des hyménoptères : le Diplolepis eglanteria ou Cynips de l’églantier.

Il pond ses œufs dans les tissus des rosiers sauvages ou dans la peau de leurs fruits. La présence des larves est à l’origine de la formation filamenteuse de ces galles très jolies à observer ainsi, bien que peu sympathiques pour la santé de la plante et de ses fruits.

Pour ceux qui aimeraient et auraient l’espace d’agrémenter leur jardin d’un églantier, sachez que la culture de cette rosacée est vraiment très simple : il suffit tout bonnement d’enterrer quelques rejets d’églantiers dans le sol en période de trêve hivernale et vous n’aurez plus qu’à laisser faire la nature pour le reste ensuite. 

Je vous invite à découvrir plus en détails ci-dessous toutes les caractéristiques de cette belle plante sauvage, en vous rappelant au passage que je serai ravie de répondre à toute question qui me sera posée à son sujet.

 

 

Surtout, n’oubliez pas non plus de laisser un petit commentaire pour partager avec les autres internautes vos propres expériences, vos connaissances ou tout simplement pour donner votre opinion sur l’article que vous venez de lire.

Merci et bon rétablissement de vos petits coups de pompes.

 

 

  • L’églantier (Rosa Canina L.) appartient à la famille des rosacées et nous est plus familier sous les noms de Rosier Sauvage ou Rosier des bois.
    Il porte aussi l’appellation de Rosier des chiens, traduction du mot grec kunorhodon, à l’origine du nom actuel de son fruit : cynorrhodon. Dénomination que l’églantier doit aux propriétés de ses racines utilisées anciennement pour la lutte contre la rage.

    Habitat :
    L’églantier commun est abondant dans toute l’Europe, formant des haies et des taillis au bord des chemins et en lisière des zones boisées, recouvrant plaines et collines jusqu’à une altitude de 1600 m.

    Identification :
    L’églantier est une plante grimpante vivace à rameaux dressés et retombants dotées d’aiguillons très épointés et acérés, capable d’atteindre les 5 m. Tiges verdâtres à feuilles pennées de 5 à 7 folioles dentées, glabres et ovales. Fleurs très fragiles à 5 pétales (mai-juin ou juin-juillet selon la zone) de couleur rose pâle ou blanche selon la variété, se regroupant autours de nombreuses étamines jaunes, sépales triangulaires, akène poilu renfermé dans un faux fruit ovoïde rouge lorsqu’il a rejoins sa maturité. Parfum suave et saveur acidulée.

  • Les églantines se récoltent au printemps et doivent être séchées à l’ombre.

    Parties utilisées : 
    Les boutons floraux, les feuilles, les fruits murs (août-octobre), ainsi que les bédégars.

    Principaux constituants : 
    Les cynorrhodons sont riches en flavonoïdes (quercétine) et en tanins. Ils apportent entre autre différents sucres (pectine), des acides citriques et maliques, du Calcium, du Fer,  du Magnésium, du Phosphore et du Potassium.

    L’églantier nous offre entre autres :
    – Provitamine A, vitamines B1 (Thiamine), B2 (Riboflavine), B5 ou PP (Niacine), des carotènes, et jusqu’à 1,25% de vitamine C, vitamine E  (a-Tocophérol), vitamine K (quinones).

    Propriétés principales :
    – Les propriétés diurétiques et légèrement laxatives de l’églantier conviennent aux cures de printemps.
    – Ses effets astringents et cicatrisantes en font un précieux allié pour soigner les plaies et les brûlures.
    – Ces nombreuses vitamines et ses qualités toniques en font un excellent antiscorbutique.

    Pathologies traitées : 
    Angoisse, asthénie, brûlure, cure de printemps, dysenterie (diarrhée), fatigue, gastro-entérite, hémorragie, lithiase, parasitose, plaie.

  • – Si vous êtes propriétaire d’un chien, donner lui de temps à autre quelques baies d’églantier pour le débarrasser de ses parasites.
    – L’églantine avec ses 5 pétales recourbés vers le centre cache sa partie la plus intime d’où ce qui l’a menée à représenter tout ce qui est « secret ». C’est d’ailleurs pour cette raison que dans les confessionnaux ou dans les salles de réunions de l’Etat, une fleur d’églantier y est gravée pour qu’elle en garde et protège les secrets. Ce qui ce dit sous la rose, qu’il s’agisse de la vérité ou d’un mensonge, ne devra jamais être révélé.

    Un peu d’histoire :
    On envisage l’origine asiatique de l’églantier. Il y a plus ou moins 5000 ans, la culture des rose faisait déjà parti du patrimoine traditionnel de la Chine et de la Perse, où sont nées de nombreuses cultivar de rosiers à partir de l’églantier. En Grèce, les indices les plus éloignés remontent à l’age de bronze.
    En réalité, il s’agit d’une plante bien plus primitive que cela, dont les fossiles de fleurs les plus anciens retrouvés au Colorado et dans l’Oregon aux Etats Unis remontent à plus de 40 millions d’années (période du Paléolithique moyen).

    Mythologie, mythes et légendes :
    Nombreuses sont les légendes et les mythes qui tournent autour de cette plante millénaire. Trop pour pouvoir toutes les énoncer.
    – Encore aujourd’hui, s’arrêter devant un arbrisseau d’églantier riche en fleurs le 21 juin (jour du solstice d’été) à midi pile lorsque le soleil est à son point de culmination  et fermer les yeux en aspirant leur délicat parfum est considéré une rite vénérable de louange envers la terre.
    – Après une naissance, enterrer le cordon ombilical sous un églantier aurait assurer un esprit vif et une croissance saine au nouveau né.
    – Selon une légende allemande, Lucifer aurait tenté de rejoindre le ciel à l’aide de branches d’églantier, tandis que selon les chrétiens, Judas se serait pendu à un églantier après avoir trahi.
    – Les pétales des églantines sont aussi associées aux réussites financières. 4 fleurs soigneusement gardées dans un petites sac bleu avec 4 pièces de valeur égale et un aimant attirerai, selon les croyances magiques, la prospérité.

    Langage des plantes :
    L’églantine représente la poésie du printemps. Elle est le symbole de l’amour naissant, mais malheureusement couronné d’un bonheur éphémère sans lendemain. À offrir pour exprimer la fascination et le pouvoir de séduction qu’un être exerce sur vous.

  • Pathologies traitées avec l’églantier: 
    Angoisse, asthénie, brûlure, cure de printemps, dysenterie (diarrhée), fatigue, gastro-entérite, hémorragie, lithiase, parasitose, plaie.

    Angoisse : Décoction d’églantier
    Dans une casserole, laisser tremper à froid pendant 1 heure 30 gr de fruits frais ou séchés et coupés en morceaux pour chaque litre d’eau. Allumer le feu, porter à ébullition et laisser bouillir les fruits pendant 3 minutes seulement. Laisser reposer avant de filtrer. En boire 1 litre par jour.

    Asthénie : Gelée de fruits d’églantier
    N’utiliser que des cynorrhodons très mûrs. Peu importe la quantité de fruits utilisés, les faire cuire à feu doux en les recouvrant à peine d’eau pendant 30 minutes. Centrifuger  et peser le tout. Ajouter un poids équivalent de sucre et le jus d’un citron. Remettre sur le feu et faire cuire une seconde fois pendant 30 minutes de plus. Mettre immédiatement cette gelée dans des pots préalablement stérilisés dans de l’eau bouillante, les fermer et les laisser refroidir en les renversant sur leur couvercle. Manger à volonté avec du pain grillé ou sur des biscottes le matin au petit déjeuner.

    Brûlure : Cataplasmes de fleurs et feuilles d’églantier
    Porter à ébullition de l’eau, éteindre le feu et y jeter des fleurs et feuilles d’églantier en raison de 50 gr. par litres d’eau bouillante, qu’il faudra laisser infuser 10 minutes. Appliquer le cataplasmes imprégné de cette infusion autant de fois souhaitée par jour, jusqu’à amélioration.

    Cure de printemps : Décoction de fruits d’églantier
    Broyer 50 gr de cynorrhodons pour chaque litre d’eau froide qui sera employée à la préparation de cette décoction. Porter à ébullition et laisser bouillir pendant 1 minute. Pour une cure de printemps complète, boire de 4 à 6 tasses par jour de ce remède pendant 3 semaines.

    Dysenterie (diarrhée) & Gastro-entérite : Sirop d’églantier
    Cette préparation à le mérite de pouvoir se préparer d’avance et d’être gardée en réserve. Écraser minutieusement 200 gr de fruits d’églantier avec 2 ou 3 cuillères à soupe d’eau très chaude. Exprimer bien pour en extraire le maximum de jus. Cuire ce jus en ajoutant son poids équivalent en sucre, et faire mijoter en remuant constamment jusqu’à épaississement. Conserver dans un flacon à fermeture hermétique, possiblement de couleur sombre pour protéger le contenu de la lumière qui pourrait en détériorer en partie ses principes actifs et donc son efficacité.

    Fatigue : Infusion de fleurs et feuilles d’églantier
    Il faut compter 50 gr de fleurs et feuilles d’églantiers pour chaque litre d’eau. Une fois l’eau bouillante, la verser sur fleurs et feuilles et laisser infuser 10 minutes. Boire 4 tasses par jour pendant 2 à 3 semaines, ou jusqu’à ce que la fatigue ne soit plus qu’un mauvais souvenir.

    Hémorragie en cas d’hémoptysie : Décoction de fruits d’églantier
    NOTE 1 :
    L’hémoptysie est un rejet de sang  généralement provoqué par une quinte de toux et provenant des voies aériennes sous-glottiques, situées dans la zone juste en dessous des cordes vocales.
    NOTE 2 :
    Avant de passer à la recette, il est d’obligeance de rappeler que tout saignement ne doit absolument pas se prendre à la légère et qu’il exige une consultation médicale pour en déterminer la cause.
    Préparer la décoction en utilisant 30 gr. de fruits pour chaque litre d’eau et laisser bouillir 2 minutes. Boire 2 à 3 tasses par jour..

    Lithiase : Décoction de fruits d’églantier
    Dans une casserole d’eau froide, jeter 40 baies d’églantier pour chaque litre d’eau utilisée. Porter à ébullition et laisser bouillir pendant 3 minutes. Boire 2 tasse de cette décoction par jour.

    Parasitose : Décoction de fruits d’églantier contre les ascaris
    Préparer la décoction avec 50 gr de fruits par litres d’eau. Porter à ébullition et faire bouillir 2 à 3 minutes. Boire une tasse le matin à jeun et deux autres 30 minutes avant les repas.
    Les herboristes conseillent aussi la consommation à jeun de poils de cynorrhodons enrobés de miel.

    Plaie : Infusion de feuilles d’églantier
    Utiliser 50 gr de feuilles pour chaque litre d’eau et laisser infuser 10 minutes. Utiliser cette infusion pour faire des lavages de la plaie. À cette préparation, on peut rajouter aussi 20 gr de thym pour un effet cicatrisant majeur, outre qu’antiseptique.

Post a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.